Drones

Cloé Brochard s’inspire de dispositifs de contrôle, de systèmes d’observation, d’outils militaire et cherche à questionner l’impact que peuvent avoir ce type de médias sur notre perception de la réalité. Elle engage un regard critique sur l’omniprésence d’outils de surveillance au sein de notre vie personnelle en questionnant les relations complexes entre intimité et sociabilité. Elle cherche ainsi à définir et comprendre nos rapports contemporains à la confidentialité en recontextualisant des systèmes de surveillance pour en montrer leur ubiquité. Elle confronte ainsi le spectateur à sa paranoïa.

Cloé Brochard cherche à questionner le rapport de force du regardeur contre le regarder. On y détecte la menace d’un monstre contemporain : la transparence. Le panopticun serait-il devenu le modèle type pour la construction de nos écoles de nos rues de nos musées ? Quelle est la place du regard dans nos organisations politiques, sociales et millitaires ?

L’artiste posent la question de ce que sont aujourd’hui les lois et normes qui font notre monde. Elle montre par là qu’un monde évadé du contexte social et politique actuel est possible, mieux encore : que nous sommes ses penseurs.euses, ses créateurs.trices, que même le.a plus petit.e sera son porte parole et taira notre incapacité à sortir d’une réalité stérile et nécrosée.